Accueil

jean-paul-photo-004.jpg

 

 

Qui suis-je ?

Un humble artisan des mots. J'essaie de ciseler mes phrases en leur donnant un fruit, une vie.

J'utilise des mots simples et m'appuie sur les valeurs humaines.

Comment suis-je venu à l'écriture ?

J’ai toujours aimé lire.
Je racontais des histoires inventées, dans l’instant, à mes enfants. Je prenais du plaisir à voir leurs yeux s’écarquiller.
Je suis parti travailler à l’étranger et j’envoyais, chaque mois, trois ou quatre pages de nouvelles aux copains et amis restés en France. Ils étaient enthousiates.
Puis, l’idée m’est venue de relater ce que j'observais, ressentais …

Avant même mon premier livre, j'ai rencontré Christian Signol et Jean-Guy Soumy.
Je me souviens de mes questions. Elles étaient d’une telle simplicité qu’ils devaient se demander s’ils rêvaient … Pourtant, ils se sont montrés d'une très grande gentillesse.

 

Pourquoi écrire ?

  • C’est un besoin, une nécessité.
  • Pour être heureux.
  • Pour savourer ces moments de bonheur quand les mots se posent eux-mêmes sur la feuille, après d’intenses moments de doutes.
  • Pour essayer de faire rêver les lecteurs, comme nombre d’écrivains m’ont fait et me font encore rêver tels : Clavel, Claudel, Denuzière, Japrisot,  et tant d’autres. Plus près de nous je citerais volontiers : Signol, Michelet, Peyramaure,  Malaval, Bordes et J .G. Soumy.
  • Au fond, pour moi, écrire « c’est un peu parler de choses que tout le monde connaît sans en avoir conscience. La découverte de ce savoir et son partage donnent au lecteur le plaisir de parcourir, en s’étonnant, un monde familier. » Orhan Pamuk 

 

Pour commettre un roman j’utilise trois constantes :

Une tendre histoire d’amour, une histoire émouvante et une énigme.

  • Une tendre histoire d’amour :  l’amour, mais que serait la vie sans la quête éternelle de cette étoile, la seule qui fasse briller durablement les yeux, oublier tout y compris le fade de la vie.
  • Une histoire émouvante : chacun de nous à besoin de vibrer au son d’une belle histoire.
  • Enigme : de rebondissements en surprises, tout est bâti pour que la découverte de celui ou celle qui tire les ficelles de l’histoire ne se dévoile pas avant le dernier paragraphe  – car il y a toujours une énigme - et il s'agit rarement de celui ou celle que l'on imagine.

Date de dernière mise à jour : 29/03/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site